Aller au contenu
Accueil » 3 Astuces pour mettre une raclée au syndrome de l’imposteur.

3 Astuces pour mettre une raclée au syndrome de l’imposteur.

  • par
syndrome de l'imposteur

Le syndrome de l’imposteur est bien connu des créateurs d’entreprise. En tant que thérapeute, j’entends souvent mes clients en parler. Soit en le nommant directement, soit en évoquant des manifestations qui y correspondent.

Aujourd’hui, j’avais envie de vous proposer de mieux comprendre ce syndrome et de lui mettre une bonne raclée pour vous en libérer ! Des exercices simples et un peu de prise de recul devraient vous aider.

D’ailleurs, n’hésitez pas à aller jeter un œil à mes offres ou à m’envoyer un message pour en discuter ! Un accompagnement personnalisé et individuel est le meilleur moyen de vous débarrasser de ce syndrome de l’imposteur.

Comprendre le syndrome de l’imposteur.

Reconnaître les manifestations du syndrome de l’imposteur.

Avant toute chose, il me semble nécessaire d’expliquer ce qu’est ce syndrome. Souvent, des clients me décrivent des ressentis et des émotions sans pour autant nommer le problème.

Le syndrome de l’imposteur, c’est cette impression désagréable que toutes vos réussites sont arrivées par hasard ou grâce à quelqu’un d’autre. C’est douter en permanence de vos capacités malgré les réussites. Également, vous ressentez de la peur d’être démasqué, quelqu’un se rende compte qu’en réalité vous ne savez pas faire, que vous n’êtes pas bon.

Le syndrome de l’imposteur traduit souvent un manque de confiance en soi et entraine un manque d’estime. Vous n’avez pas foi en vos capacités mais en plus vous n’estimez pas votre valeur.

Bref, ce syndrome porte bien son nom : vous avez l’impression d’être un imposteur et que vous ne méritez pas vos réussites. Même quand quelqu’un vous fait des compliments, vous avez l’impression qu’il surestime vos capacités, votre talent.

Les risques du syndrome de l’imposteur.

Comme vous n’êtes jamais à la hauteur, vous avez le sentiment de devoir travailler quatre fois plus que les autres. Pour justifier vos réussites, vous seriez capables de vous surmener jusqu’à épuisement.

Le syndrome de l’imposteur génère donc du stress, de l’anxiété et peut mener au burn-out. Mais il peut aussi amener à la procrastination ou à l’auto-sabotage. Parce qu’après tout, c’est toujours plus facile de confirmer ces croyances limitantes que de prouver qu’elles sont fausses…

Il n’est donc pas rare de voir des personnes tout à fait qualifiées refuser une promotion ou une opportunité qui leur convient pourtant très bien. Certains abandonnent même totalement leur projet d’entreprise ou ne le concrétisent jamais parce qu’il n’est pas assez « parfait ».

Dédramatiser le syndrome de l’imposteur.

Bon, là je vous ai peint un tableau sacrément horrible. Alors dédramatisons un peu avant de passer à la suite.

Le syndrome de l’imposteur c’est très répandu. A vrai dire, je crois que je ne connais aucun entrepreneur qui ne l’a jamais ressenti. Finalement, c’est assez normal parce qu’on nous fait souvent croire des choses sur l’entreprenariat. Par exemple, qu’il faut travailler jour et nuit, sept jours sur sept pour réussir. Comment se sentir légitime quand on réussit sans ça ?

Comment se sentir légitime, aussi, quand on a la possibilité de se comparer en permanence avec les autres entrepreneurs. Qu’ils soient de notre domaine, ou non d’ailleurs.

Cependant, il est hors de question de laisser le syndrome de l’imposteur s’installer chez vous. Heureusement, ce n’est pas une fatalité et je vais vous donner quelques astuces pour vous aider !

N’oubliez pas que rien ne remplace un accompagnement complet et personnalisé avec un thérapeute, n’hésitez donc pas à me contacter si vous souhaitez vous libérer du syndrome de l’imposteur.  

Mettre une raclée au syndrome de l’imposteur (pour de vrai)

Eliminer le syndrome.

Quand je vous dis que vous allez mettre une raclée au syndrome de l’imposteur, je ne plaisante pas ! Un super exercice de sophrologie va vous aider à lui donner un bon coup de poing… au sens propre. Grâce à l’exercice du karaté !

Si vous me suivez déjà depuis quelques temps, vous vous souvenez de cette vidéo. Dedans, j’expliquais qu’il faut vider pour pouvoir remplir. Ici nous allons appliquer ce principe en dégageant le syndrome de l’imposteur pour ensuite le remplacer par du positif.

Sans plus tarder, je vous propose l’exercice. Comme d’habitude, installez-vous dans un endroit calme où vous ne serez pas dérangés. Prenez bien l’espace autour de vous pour ne pas vous faire mal.

Les consignes du Karaté

Pour cet exercice, commencez par vous positionner debout, les pieds parallèles écartés de la largeur du bassin. Le dos droit, les bras le long du corps, mains ouvertes.  Les épaules sont relâchées, la tête droite dans l’axe et les yeux ouverts.

Commencez par tendre votre bras gauche à l’horizontal devant vous. Visualisez votre syndrome de l’imposteur, vos doutes sur vos capacités, votre peur d’être démasqués. Imaginez qu’ils sont sur une cible au bout de votre bras gauche.

Inspirez profondément par le nez en ramenant votre poing droit au niveau de l’épaule droite. Bloquez votre respiration, concentrez-vous sur votre cible. Puis soufflez fort par la bouche en lançant votre poing droit vers votre cible.

Ensuite, relâchez les bras le long du corps et fermez les yeux pour accueillir vos ressentis.
Puis recommencez une deuxième fois. En tout, vous le ferez trois fois.

Par la suite, vous inverserez les deux bras. Le droit se trouvera tendu à l’horizontal et c’est le poing gauche que vous ramènerez vers l’épaule. A nouveau, vous ferez l’enchaînement 3 fois.

Enfin, pour terminer l’exercice. Toujours les yeux ouverts. Vous inspirerez profondément par le nez en ramenant vos deux poings vers vos épaules puis vous bloquerez la respiration. Vous visualiserez votre cible devant vous puis soufflerez fort par la bouche en lançant vos deux poings devant vous.

Vous relâcherez les bras le long du corps et fermerez les yeux pour accueillir les ressentis.

Exploser le syndrome de l’imposteur.

Pendant tout l’exercice, je vous invite à vraiment visualiser les doutes que vous avez, les craintes que vous ressentez, toutes ces pensées qui alimentent le syndrome de l’imposteur sur une cible.

Ainsi, quand vous lancez votre poing, vous imaginez que vous explosez ces pensées, que vous les frappez aussi fort que vous pouvez. Visualisez que vous donnez une vraie raclée à ce syndrome de l’imposteur qui vous maltraite !

Etes-vous vraiment un imposteur ?

Un petit bilan s’impose.

Pour vous aider à donner une raclée au syndrome de l’imposteur, j’ai envie de vous proposer un exercice. Pas de sophrologie cette fois, juste un petit bilan qui vous permet de faire le point. Le but de ce bilan est de vous poser factuellement la question : « suis-je réellement un imposteur ? »

Pour ça, je vais vous inviter à prendre une feuille, un stylo et à lister vos réussites. Dans votre business déjà mais aussi dans votre vie si vous pensez que c’est lié. Puis à côté, écrivez, de manière objective et factuelle, les compétences que vous possédez qui vous ont aidé à réussir.

Prenez le temps de définir toutes les capacités personnelles que vous possédez qui vous ont servies. Même si une autre personne vous a assisté ! Prenez le temps de penser qu’il est profondément impossible de tout savoir sur tout, tout le temps.

Peut-être que ce sont les acquis de vos études qui vous ont permis de réussir. Peut-être que c’est le nombre d’heures que vous avez passé dessus. Ou encore, il s’agit surement de votre expérience et de votre entrainement à faire cette tâche.

La place du facteur chance.

En rédigeant cette liste, vous penserez peut-être « j’ai eu de la chance ». Alors, excusez-moi hein mais j’ai envie de dire « et alors ? ».

Effectivement, le facteur chance aide parfois à accomplir quelque chose. Vous avez rencontré la bonne personne au bon moment, quelque chose d’inattendu vous a apporté ce qu’il vous manquait, etc…

En quoi, est-ce un problème ?

Tout le monde a de la chance quand on veut bien la voir. Tout le monde a des opportunités qu’il va saisir ou pas. La chance, ce n’est pas une preuve que vous ne valez rien. Votre chance n’enlève rien aux autres. De même, votre réussite est tout aussi légitime. Tout simplement parce que vous avez su voir et saisir cette chance au bon moment. Et ça, c’est une sacrée capacité.

Prendre du recul pour vaincre le syndrome de l’imposteur.

Lister vos réussites, vos compétences, prendre conscience que la chance n’enlève rien à votre réussite… Tout ça je vous le propose pour prendre du recul. Je vous le propose pour que vous puissiez porter un regard un peu plus objectif sur votre impression d’illégitimité.

Ce n’est pas parce que vous avez la sensation d’être un imposteur que c’est réel. Surtout, évitez de vous comparer. En réalité, il est fort à parier que la personne que vous admirez le plus est, elle-même, en proie au syndrome de l’imposteur. Comme beaucoup d’autres gens qui vous entourent d’ailleurs. Pourtant, vu de l’extérieur, vous savez qu’ils n’en sont pas. Alors pourquoi penser que VOUS en êtes un ?

Prenez de la distance avec cette sensation, revenez sur des choses plus factuelles pour stimuler votre confiance et votre estime. Personne ne peut être parfait, personne ne peut être expert dès le départ, personne ne peut tout faire tout seul. Célébrez vos victoires et acceptez-les comme la preuve de vos efforts et de votre potentiel.

Voilà, j’espère que cet article vous aidera. N’hésitez pas à m’écrire si vous souhaitez en discuter ! Je referai surement d’autres articles/vidéos sur le sujet !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *